Le genre Blanc

Pour les timbres du genre Blanc de 1900 il existe 2 types généraux:

-Le type I de 1900 pour les impressions à plat, qui ne comporte qu’un pli dans la robe (1c gris ou ardoise avant 1926, 2c  avant 1924, 3c avant 1930, 4c, 5c avant 1909)

 

-Le type II à partir de 1924 pour les impressions sur rotatives, qui comporte 2 plis dans la robe (1c ardoise après 1926, 2c après 1924, 3c après 1930, 5c à partir de 1925)

L’ajout de matière étant impossible sur le poinçon d’origine… l’explication de ce type II avec un trait en plus s’explique pourtant simplement:

Le poinçon « primaire » est en buis et sans valeur faciale! et le bois étant trop fragile, il a été fait 2 répliques en cuivre électrolytique. C’est lors de cette reproduction qu’apparaît le second trait.

Le 1er poinçon « original » en cuivre a servi à la fabrication des poinçons secondaires de 1900 pour l’impression à plat, sur lesquelles ont été ajoutées les valeurs faciales.

Le second poinçon « original » en cuivre, gardé en réserve, est utilisé en 1924 pour de nouveaux poinçons destinés à graver les molettes pour l’impression sur rotatives. (référence: Monographie des Timbres au Type Blanc, Storch et Françon, 1972)

Le 1c Gris ou Ardoise au type I:

Le 1c comporte 2 sous-types:

-le sous-type IA pour les galvanos de 1900, avec la courbe blanche irrégulière sous ISE de FRANCAISE

 

-le sous-type IB pour les galvanos de 1901, avec la courbe blanche régulière sous ISE de FRANCAISE

La différence provient d’une retouche du poinçon secondaire avec valeur faciale, par accentuation de la gravure de la ligne blanche. Les galvanos des 2 sous-types seront employés jusqu’en 1926.

 

Le 2c au type I:

Il n’y a pas de sous-type pour le 2c type I contrairement à ce qu’indiquent certains catalogues. Il s’agit d’un état provenant d’une retouche case par case d’un galvano pour faire disparaître une tache mal venue. Ces 2 états ont coexisté.

Etat 1 (type IA des catalogues)                                                 Etat 2 (type IB des catalogues)

Le 3c au type I:

Comme pour le 2c, pas de type pour le 3c type I, mais 2 états dus à la retouche de la valeur faciale, principalement visible sur le C dont la queue se termine en triangle dans l’état 1 et à plat sur l’état 2. Cette retouche est intervenue fin 1902 ou début 1903. Il n’y a pas eu coexistance des 2 états.

Etat 1 (type IA des catalogues)                                                 Etat 2 (type IB des catalogues)

Le 5c au type I:

Pour le 5c type I, il y a bien 2 sous-types:

-le sous-type IA des timbres de feuilles, avec la pointe de la plume en haut à gauche légèrement arrondie et dirigée vers le haut, espacée de l’angle du cadre:

 

-le sous-type IB des timbres de carnets, avec la pointe de la plume en haut à gauche en pointe et dirigée vers l’angle du cadre. Cette retouche a été effectuée sur un poinçon secondaire en cuivre avec valeur faciale.

 

Le 5c au type II:

Pas de sous-types pour 5c de 1925, mais 2 états. Le poinçon secondaire qui a servi à la confection du galvano des timbres de roulettes comporte une cassure sur une ligne sous le pied gauche.

Etat 1 des timbres de feuilles                         Etat 2 des timbres de roulettes

(type IIA des catalogues)                                        (type IIB des catalogues)

 

Le 1/2c sur 1c Ardoise:

Emis en 1919, la surcharge a d’abord été imprimée à plat sur des feuilles aux types IA et IB gris-noir (voir les types IA et IB du 1c). En 1926, la surcharge à plat est appliquée sur les timbres ardoise au type II de 1926 (voir le type II du 1c). Toutes les surcharges à plat mesurent 14.5mm de hauteur.

A partir de 1930, la surcharge est imprimée sur rotative, toujours sur les timbres au type II, avec une surcharge de 15mm de hauteur. C’est un des timbres les plus difficiles à identifier.

Nous avons donc 4 types pour ce timbre:

Les Types II plat/plat et plat/rotative

Il y a bien sur la différence de hauteur, mais le 1/2 mm est difficile à mesurer:

il y a surtout la différence de qualité d’impression:

-la queue du 2 est bien « carrée » dans la surcharge à plat, plus « arrondie » dans la surcharge rotative (dans les cercles)

-l’impression est bien régulière dans la surcharge à plat, moins nette dans la surcharge rotative (voir les flèches)

Collection BB Lisieux