Ceci n’est pas un porte-plume

Boutade du titre, sérieux du propos. En plagiant un peu l’idée de la pipe du peintre belge René Magritte, nous vous proposons ici, un objet simple et curieux, bien connu des collectionneurs très spécialisés, beaucoup moins des « néophytes ».


« Ceci n’est pas une pipe »
Timbre émis en Belgique, feuillet de 10 timbres différents, 2017.

L’objet que nous présentons aujourd’hui :

Est bien un porte-plume?
Il est fabriqué en os, et fer, au début du XXe siècle.
Sa dimension de 18cm, son poids de 9g52 .
La plume est une Sergent Major également en fer, marquée « SERMAJOR », elle est certainement d’origine.
En haut, en creux, un espace devait contenir une petite médaille ou une image portrait de Thérèse ?

Si vous ne connaissez pas déjà ce type d’objet, vous pouvez ne pas voir au centre, au dessus de la partie torsadée du manche , un point de verre. Pour la luminosité nécessaire, il est traversant.


En y portant votre oeil, vous pouvez découvrir, comme une microscopique projection, une série de vues. Elles sont le plus souvent touristiques, et ces objets vendus autrefois dans les magasins de souvenirs.
Le nom de cet objet est donc :

PORTE – PLUME AVEC VUE (S)

A titre d’exemple, nous avons consulté internet, et vu différents modèles à vendre: de Paris, Versailles, Royan, St Anne d’Auray, Monaco, et même Basilique de Lisieux, plus moderne, dont le manche est en plastique ! Hélas vous n’en voyez pas les images !

Ce type de vues, se trouve aussi dans des objets de fantaisie tels que bijoux, bagues, pendentifs, porte-aiguilles, manches de parapluies ou ombrelles etc. Tous ces objets sont peu communs.

Celui que nous montrons ici, chiné l’an passé (2019) , nous appartient : nous avons pu, malgré la difficulté et la qualité assez moyenne, photographier ces images avec notre smartphone :

Les 5 vues, en noir et blanc, sont très anciennes et avant la construction de la Basilique 1929.1937 (sinon elle y serait). C’est à notre connaissance la première fois que ce système est montré ainsi…
Voici la légende des 5 images (un peu floues, du fait de la difficulté de la prise de vue), telles qu’on les découvre

Le Carmel                 Ste Thérèse                    La vierge au sourire
La Chasse                           Petite chasse du Carmel

COMMENT ÇA MARCHE ?

Ce que vous allez découvrir est peu connu. Restons modestes, nous ne le savions pas non plus avant cette recherche.

LE VERRE

Il s’agit d’un système dit à micro-vue Stanhope, ce nom étant celui d’un modèle de loupe bien connu, ayant la forme d’un cylindre, plat d’un côté et convexe côté de l’oeil, le côté plat étant directement posé sur l’objet à agrandir.
Voyez le lien www.lecompendium.com pour plus d’images de cette loupe.

Au niveau du trou optique, le diamètre est de 7mm.  Notre estimation est donc d’une mini lentille verre, maxi 1 mm d’épaisseur, sur laquelle est posé le micro-film de 5 images dont la dimension s’inclut dans le cercle, soit environ un rectangle de 0.6 × 0.4.
Encastrée de l’autre côté la loupe Stanhope mesure donc + ou – 6mm, le bombé est en affleurement du diamètre.

Voici un croquis simple de ce montage

La cerise sur le gâteau est que nous avons réussi, côté vues, à photographier le micro-film en situation exacte! On peut constater que les 5 vues sont dans une seule image.
Ça n’est pas un exploit, mais comme disait Fernand Raynaud, ça a demandé « un certain temps » .

Ces travaux de précision, ainsi que le travail de l’os étaient réalisés par des artisans spécialisés, dont le nom exact est « tablettiers » .
Enfin, sur le plan technique, on ajoutera que des modèles moins anciens existent en plastique, et que les photos, plus modernes, peuvent se trouver en couleur.

LES IMAGES

Les images sont du type dit micro-film qui fut breveté la première fois par René DAGRON le 21 juillet 1859.
Il fallait bien s’y attendre, même si la surprise fut entière, ce dernier point qui n’est pas un détail, nous ramène à l’histoire postale :
Par son invention géniale, DAGRON fut à l’origine des messages en micro-photos, utilisées pendant le Siège de Paris en 1870.1871, et transportés par pigeons voyageurs : on les nomme PIGEONGRAMMES .

Cet objet, étant typiquement « thérésien » il va trouver sa place dans notre article Sainte Thérèse, avec les encriers… bien entendu, les amateurs d’histoire postale ne manqueront pas à cette occasion de réviser leur DAGRON (sur internet, ou leur bibliothèque: tous les ouvrages sur la Guerre de 1870.71 abordent ce sujet très classique)

Pour illustrer les PIGEONGRAMMES dernières images de notre bibliothèque (ref. Louis Paulian, La Poste aux lettres, Hachette / Paris 1898) .

Collection Sylvie et Michel CATHERINE

aller à l’article Ste Thérése

3 Comments

  1. une plume toujours aussi documentée pour nous raconter vos découvertes: bravo

    question: est ce que l’expression « se faire pigeonner » est en rapport avec le siége de Paris!!!!!

  2. Simple suggestion personnelle de Michel:
    Autrefois le Ball-trap (devenu sport olympique de tir sur des plateaux d’argile) s’appelait TIR AUX PIGEONS. Les pigeons étaient vivants.
    Il y avait à Deauville un « tir au pigeon », à côté du Champ de courses. C’était aussi un boulot saisonnier pour de nombreux jeunes deauvillais. Si on avait la chance de connaître l’un deux, on mangeait parfois un ou deux pigeons gratos, pendant l’été !
    On notera aussi, nous avons tous connu, le jeu / jouet de « Tir au pigeon » : jeu de jardin avec carabine à flèches où les cibles tournantes sont des pigeons. Michel et Sylvie CATHERINE en ont vendu dans leur boutique de Trouville (1979.1998).
    Mon idée ici serait donc que se faire pigeonner serait en lien avec « se faire tirer comme un pigeon » c’est à dire très facilement.

    Le tir au pigeon vivant a été interdit dans les années 70 (date à préciser) en raison de la défense des animaux, de la mauvaise image du soi-disant sport, et de la grande facilité non sportive du massacre !
    La vitesse d’un plateau de compétition n’est pas comparable à celle d’un pigeon sortant d’une boîte.

  3. Bravo encore une fois à Sylvie et Michel Catherine dont la curiosité « intelligente et insatiable » nous font découvrir à travers « la petite histoire » des objets , les liens si forts à Notre Grande Histoire à tous.
    C’est très documenté,d’une grande originalité, et accessible à tous !
    Alors un grand merci de nous faire partager toutes ces découvertes, d’autant plus appréciées en cette période de confinement !
    Prenez tous soin de vous et des vôtres en cette période difficile, même si habités par cette passion commune, ce confinement nous permet de « voyager » grâce à la philatélie !
    Bien à vous.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*