A.LGE

La Gare de Lisieux, vues de l’extérieur de la gare:

Un peu d’histoire: nous empruntons ici un résumé historique de Monsieur Dominique Fournier dans son ouvrage « dictionnaire des noms de rues et lieux-dits de Lisieux » (ShL bulletin 41, 1998).

Voici une lettre qui illustre la Gare de Lisieux:

Ce pli porte un cachet ovale BM qui indique qu’elle est arrivée dans une « boîte mobile » transportée par une voiture publique, et venant de VIMOUTIERS ou LIVAROT.
Manipulée par le bureau gare qui appose son timbre à date (le 20 septembre 1878) elle est remise à l’ambulant CHERBOURG à PARIS  qui oblitère les timbres de sa griffe CH.P
Plus loin elle changera de train à Bernay pour aller vers Rouen…

La Gare: vue d’ensemble

La vue générale:

Commençons par situer les bâtiments sur cette vue générale:

une vue des années 60: on retrouve les mêmes bâtiments aux même emplacements

La place de la Gare:

Voici la vue la plus ancienne que nous connaissions.  Le buffet de la gare est encore dans un bâtiment en bois, et la maison du chef de gare n’est pas encore en construction.

Sur la carte ci-dessous, nous pouvons constater le début des travaux de la maison du chef de gare. Au premier plan à droite:  une voiture et un facteur !  Ici est le premier entrepôt postal dit « bureau Gare ». Un bâtiment a été détruit entre le buffet et le bureau gare, quant au bureau gare, il va être démonté (il est à structure en bois), puis remonté à l’identique à la droite de la maison du chef de gare.

L’Entrepôt Postal, n’est pas un bureau de Poste ouvert au public. C’est un centre de travail, de tri et de transit. Il est le lien direct entre les Ambulants de la ligne de Paris, les convoyeurs de la ligne de Trouville-Deauville et Honfleur, la boîte mobile de Vimoutiers/Livarot, avec le bureau principal de Lisieux:  voyez notre catalogue des marques postales de Lisieux au chapitre Gare

Un document passé par le Bureau de Passe (entre 1854 et 1882, voir notre catalogue):

Avis d’arrivée d’un Colis de Paris (Grand magasin) pour Fervaques. Courrier traité par le  bureau de Passe.
On demande au client si on livre ou s’il vient prendre en gare ?

 

Et la troisième, où on peut voir la maison du chef de gare quasiment achevée:

Ensuite, avec le nouveau buffet de la gare, on aperçoit au premier plan à droite le bâtiment du bureau gare remonté à l’identique:

et une vue d’ensemble, prise du passage à niveau de la rue d’Honfleur:

(la rue d’Orbec coupait la voie ferrée à hauteur de l’entrée du tunnel, la partie entre le passage à niveau de l’entrée du tunnel et le passage à niveau encore existant s’appelait rue de Honfleur)

approchons-nous maintenant, et faisons le tour de la place de gauche à droite:

LA PUB: La Maison des Abeilles est un commerce à succursales multiples (d’autres en Seine- Inférieure par exemple).

Celle de Lisieux est une succursale de Rouen. Une autre succursale existait à Trouville.

En dessous, Champagne Freminet, à Châlon-en Champagne.

Un angle similaire aux précédents:
Découvrez en-dessous la maison MAILING qui fabrique pianos et orgues  (fondée en 1865).

Sur la vue ci-dessus, le seul bâtiment de la place à ne pas avoir brûlé lors du bombardement de 1944. L’ancien Syndicat d’Initiative existe encore aujourd’hui.

Le 6 juin 1944 la ville de Lisieux est anéantie par les bombardements alliés. Les bâtiments de la gare détruits, et l’entrepôt postal, seront mis provisoirement  » à l’abri  » (comme une grande partie de la ville) dans des « baraquements « .
Ici un rare cliché de l’entrepôt postal en cours de déblaiement pour recherche des fondations (Paris-Normandie 31.10.1949, photo ShL 01215 fonds Alcide Goupil).

Et 3 vues modernes: côté gare et côté ville:

Les automobiles nous indiquent un cliché vers 1980.
On distingue une GS Citroën et une 504 Peugeot.

Et sur un cliché vers 1960.
On distingue assez bien une 2cv Citroën, une 4cv Renault, une Aronde Simca, une 403 Peugeot, on pense voir une Versailles de Simca.

Les cartes « souvenir »: