Italie/France: La voie des Alpes

Il est courant de penser que les lettres venant d’Italie passent pour la plupart par Vintimille puis le PLM de Marseille à Paris. Ce parcours qui est un grand standard postal fait souvent oublier que tout le nord de l’Italie a d’autres moyens plus courts pour rejoindre la France : il suffit de traverser les Alpes !

Ceci se fait depuis bien longtemps et, nous le montrerons ensuite, est plus facile à illustrer postalement au XIXe siècle que dans le courrier moderne.

La lettre que nous présentons ici, est une enveloppe de ERCOLE GLORIA (*: voir note 1) à Turin (deux timbres sont perforés C.V. ?). Affranchissement de lettre recommandée à 2,50 lires:
– Humbert 1er 75c rouge n°183 x2 (perforés C.V)
– Victor Emmanuel III 20c lilas brun n°179
– A.Volta (Centenaire) 20c rouge n°196 et 60c brun n°198
Oblitération du Tad spécial des recommandés: TORINO CENTRO / * RACCOMAN * (Date à pont) 8.7.1927


Après avoir vérifié toutes nos lettres venant de Turin vers la France, même archive, ou autres, nous avons constaté qu’aucun élément postal probant ne permet d’identifier le trajet des lettres à cette époque, toutes voyageant « sous dépêche » jusqu’à destination!
Il semble de simple observation que seules les recommandées (et nous supposons les Chargées) circulaient « à découvert ».
Les timbres à date du verso nous renseignent:
– (B) TORINO FERROVIA (B) / RACCOMANDATE
bureau particulier des recommandés en Gare de Turin
Le B laissant supposer un A possible, peut-être en fonction du pays de sortie ?
– AMB. TORINO.MODANE 177
Ce 2e timbre à date nous donne enfin le renseignement recherché LA VOIE DES ALPES par le tunnel du FREJUS dit aussi « DU MONT CENIS ».
C’est le sujet qui nous intéresse ici. Ce tunnel relie l’Italie directement à la France, en Gare de Modane.
Les timbres à date montrent que c’est l’ambulant qui constitue la dépêche, qui ne sera plus ouverte jusqu’à destination (les autres indications de manipulation postale ne sont plus connues puisqu’elles se trouvent sur l’enveloppe close de dépêche).
– LE BREUIL-EN-AUGE distribution le 11 (matin)

note 1*:
Le nom de Ercole GLORIA est celui d’un négociant en Philatélie installé à Milan. Cette maison était- elle à Turin en 1927?
Un lecteur peut-il nous éclairer sur la perforation ?

 

Le tunnel du MONT-CENIS

Vous trouverez sur Wikipedia tous les renseignements utiles (nous n’avons pas habitude de recopier ce qui est déjà écrit) simple résumé chronologique.
– 1er projet 1839 (Ingénieur Medail)
– décision 1857 (Victor Emmanuel II)
– Inauguration 1871
– entre temps, annexion de la Savoie 1860, et création de l’Italie 1861, rendent ce tunnel « international ».

Wikipedia fournit également une jolie galerie d’images sur le tunnel et des gravures des travaux de construction. Fidèles à nos habitudes nous ne donnons ici que des images en notre possession:

Tunnel du Mont-Cenis entrée actuelle (carte datée 1918)

texte: « Je te prie de conserver cette carte pour que je puisse t’expliquer quelque chose au sujet de l’entrée du tunnel » … sur la petite cabane de la vue il a aussi écrit  « St Michel » pour indiquer que cette vue du tunnel est le côté français (St Michel, devenue St Michel de Maurienne en 1953, est la 1e station traversée par la ligne, en France, avant Modane.

Une vue de la GARE DE MODANE (Carte postale ayant voyagé en 1903)

Cette présentation n’est pas « une étude » postale approfondie. Mais comme notre plaisir est d’illustrer nous allons remonter au XIXe siècle pour montrer quelques exemples (loin d’être exhaustifs ! Voyez bibliographie) de lettres italiennes venues en France par cette voie de Modane.

2 lettres de Turin, choisies pour leur agréable graphisme, affranchies au tarif étranger de 25c (de Lire) et oblitérées TURINO ■ FERROVIA ■ « rond carré » (les anglais disent « square circle ») ne présentant aucune trace de marquage postal de leur trajet. Voie directe dans la dépêche jusqu’à Paris.


 

Lettre de Gènes « Genova » ,

au tarif de 40c pour la France en 1864 (30 septembre). Griffe PD = payé jusqu’à destination.
Un curieux parcours pour cette lettre qui va à Marseille (Marsiglia) en traversant les Alpes !
Timbre à date d’entrée par bureau ambulant, rouge
ITALIE / AMB.M.-CENIS A du 1 Octobre 1864 (Noël n° 893) Ce Tad est apposé par l’ambulant français qui prend la lettre à SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE.
Au verso 3 cachets :


. Peu lisible un tad d’ambulant italien TORINO-SUSA (*:voir note 2) qui amène la lettre jusqu’à SUSE, côté italien.
. Tad LYON A MARSEILLE 2° / brigade F / jour (octogone au centre)
. Faible frappe Tad de distribution à MARSEILLE 2.

Important: A cette date pas de tunnel ouvert, la liaison Suse à St Jean-de-Maurienne par le col est assurée par Messagerie. (* voyez la carte)
Le courrier italien arrive à Suse en soirée, le service des Messageries passe le col de nuit ! (Ça devait être sportif!) . La voiture rejoint d’abord Lans-le-Bourg, puis St Jean-de-Maurienne. A cette époque l’ambulant « Paris à Modane » (appellation future que vous voyez plus bas dans notre sujet) ne va pas plus loin que St Jean ! Le trajet de Suse à St Michel est de 87kms en 12 heures (En conditions climatiques « normales »).
Le col du Mont-Cenis se trouve à 27kms du tunnel inauguré en 1871 et qui rejoint directement Modane.

Pendant une période intermédiaire, il faut noter aussi pour l’historique du lieu, la mise en service d’un train voie étroite de 1m10, dit FELL construit par MM. Brassey et Fell (Ingénieur) qui fonctionna de 1868 à 1871 en « escaladant » le col le long de la route.
Quatre trains assurent chacun un aller-retour par jour, 25km/heure en montée et 17 km/heure en descente, 5 heures de trajet au lieu des 12h des messageries. Le service s’arrête en 1871 à l’inauguration du tunnel. (La ligne fut démontée).
Nous tenons d’autres détails, inutiles ici, et de beaux récits sur ce sujet sont à découvrir sur Internet.

carte Oberthur 1887, sont figurés sur cette carte la ligne jusqu’à MODANE et le TUNNEL.

note 2*:

Susa en italien ou Suse en français: on voit souvent ce nom écrit Suze … qui est une faute et confusion avec une boisson à la gentiane (bien connue des Trouvillais: Le fondateur de cette Compagnie, Fernand Moureaux fut au XXe siècle un Maire généreux et bienfaiteur de Trouville! ).

 

Lettre de Bergame « Bergamo-Bagga »

En 1872 une lettre à 40c de BERGAME pour PARIS.
Griffe PD = payé jusqu’à destination.
Timbre à date bleu 5 ITALIE 5 /MODANE apposé à Modane par le bureau sédentaire, qui compose la dépêche directe pour PARIS (Noël n° 879) . Aucune autre trace postale d’autre manipulation.

 

Lettre de Turin « Torino »

Cette lettre pose question:
Envoyée de TORINO le 18 octobre 1854, pour Montrouge , faible marque bleue de PD, taxe 15 manuscrite. En haut à gauche 15/3 semble indiquer le poids de 15g pour 3 ports (au-dessus de 15g)
Tad rouge d’entrée par bureau sédentaire type 3 TOUR .T / 3 FORBACH 3 apposé à Paris (Noël n° 1289).
Verso tad bleu t.15 2E PARIS 1 (60) et t.15 de Montrouge.

Il s’écoule 3 jours entre Turin et Paris.
Quid de l’usage de ce cachet indiquant une provenance Tour et Taxis ?
1) Il pourrait s’agir d’une erreur de cachet à Paris ? Mais les erreurs sont rares à cette époque, et le calcul de poids 15/3 nous ramène à Tour et Taxis.
2) Parcours insolite contournant les Alpes ?
Cette idée nous suggère une hypothèse: pour une raison que nous ne connaissons pas, problème de climatologie (neige? fort possible fin octobre ) ou simple avantage tarifaire, la lettre entre vraiment par FORBACH ! Le chemin est long mais le tarif semble intéressant pour guère plus d’un jour de retard.
La Poste des Princes de Tour et Taxis a toujours eu, depuis le XIIIe siècle, une grande dominance sur les services postaux de cette partie de l’Europe et les relations transfrontalières. Ils étaient aussi installés de longue date à BERGAME (BERGAMO). Les tarifs étaient aussi réputés moins élevés que les autres postes d’états.
Voyez pour vous faire une idée:
. Le lien sur la Convention de Poste de 1844: 

. Le site de Jean-Louis Bourgoin

. L’ouvrage de Robert Abensur (bibliographie)

Nos élucubrations peuvent être erronées et nous serions ravis d’ajouter toute correction « démontrée et documentée » ou complément à nos suppositions.
Si nos suppositions sont exactes, quel est le trajet exact de la lettre entre Turin et Forbach ?
Faire ce grand tour présente un cas bien particulier.

Pour simple rappel mémoire, les entrées en France, traversant les Alpes sont connues par:

Bureaux sédentaires
. Annecy
. Barcelonnette
. Bourg-Saint-Maurice
. Briançon
. Chambéry
. Grenoble
. Lans-Le-Bourg
. Modane
. Saint-Jean-de-Maurienne
. Saint-Michel-de-Maurienne

Bureaux ambulants
. Mont-Cenis
. Modane
(Voyez Noël = bibliographie).

 

Conclusion

Pour conclure, bien qu’il ne s’agisse ici que du devant d’un entier postal de l’INDE (four annas & six pies jaune) posté à COCONACA (21 Nov.1882).
Nous voulons attirer l’attention des collectionneurs sur ces plis venus d’Asie, entrant en Europe par la voie italienne (le plus souvent BRINDISI) et qui viennent « attraper » au-delà des Alpes l’ambulant MODANE A PARIS rouge à fleuron (Pothion n°1192).
Ce Tad toujours en rouge, seulement utilisé pour les lettres venant par l’Italie, est particulièrement rare.

 

BIBLIOGRAPHIE

. Gilbert NOEL: Catalogue des marques et cachets d’entrée en France 1800.1881 (éd. Histoire Postale, Paris.1976).
. Jean POTHION: Catalogue des ambulants et des gares (ed. La Poste aux Lettres. Paris 1986).
. Robert ABENSUR, La voie Franco-sarde dans les relations internationales 1818-1851. Bibliothèque de l’Académie de Philatélie (2017)
Ainsi que les sites nommés dans le texte.

Lettres et illustrations:
Collection Sylvie et Michel CATHERINE (UM 2161)
Cercle philatélique lexovien.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire