Les petits ballons de COLSENET

Sous ce titre un peu mystérieux se cache une histoire locale et complètement passée inaperçue jusqu’à présent. Cette histoire que nous allons vous raconter, abondamment imagée, concerne l’histoire postale, les cartes postales et l’histoire locale du Pré d’Auge et de Lisieux.

Au XIXe siècle et jusqu’à la guerre de 1914.1918, les fêtes locales, kermesses ou commémorations religieuses et paroissiales sont répandues dans toute la France. Au Pré d’Auge, petite commune proche de Lisieux, bien connue pour ses célèbres céramiques qui remontent à l’époque de Palissy, le saint local est Saint Méen. Nous aurons l’occasion de vous en reparler dans un autre sujet, mais nous devons ici quand même le « situer »:

Saint Méen (Mevennus en latin, Meven ou Mewen en breton) est un abbé né au royaume de Gwent au Pays de Galles vers 540. Allié proche de Saint Samson de Dol, il serait venu le rejoindre, et resté longtemps en ce lieu, avant de créer sa propre abbaye de Gael, où il mourut le 21 Juin 617 ! C’est cette date qui est retenue pour commémorer ce saint. Une commune St Méen-le-Grand porte son nom en Bretagne, mais son pèlerinage est aussi commémoré dans de nombreux lieux en France pour des « sources miraculeuses » ayant des propriétés curatives des maladies de peau (nous n’irons pas plus loin dans cette description, pour ne pas dévoiler un autre très intéressant sujet de F.M. sur le pèlerinage du Pré d’Auge !)

La source en question est située en contrebas de l’Eglise, elle- même (et cimetière) communiquant avec le Château du Comte de La Riviere du Pré d’Auge.

Armoiries du Comte de La Rivière du Pré d’Auge dans une litre funéraire du XIXe siècle (bibliographie et Remerciements )

La dernière fête du Pré d’Auge avait eu lieu en 1914. Les malheurs et les pertes de cette guerre avaient arrêté cet événement de tradition.

Extrait de compte rendu de la fête de 1913 dans l’Echo Paroissial d’août 1913.

C’est en 1929, que l’idée ressurgit d’une Fête de Saint Méen. Nous allons en découvrir tous les éléments, bien détaillés, puisque cette archive est dans la collection de F.M. (voir Ndlr).

Cette description nous amènera au sujet majeur et quasi inconnu jusqu’à présent des « ballons de Colsenet » !

 

LA FÊTE SAINT MEEN DU 16 JUIN 1929

Cette fête est très traditionnelle. Nous en possédons tous les éléments détaillés et chiffrés le plus souvent. Elle va se composer des événements suivants que nous illustrerons au mieux et dans cette ordre :

. Fête patronale avec cérémonie religieuse et panégyrique de Saint Méen, pain béni et quête pour les pauvres, procession au Chêne de Saint Méen et fontaine miraculeuse.

. Jeux divers, courses à pied, jeu de ciseaux, mât de Cocagne et de Beaupré, pêche aux bouteilles, course de grenouilles, Tir et chevaux de bois.

. Une importante tombola

. Musique, orchestre et danse, animation de fête, gymnastique

. Le feu d’artifice Ruggieri

. Et enfin le concours de cartes postales envoyées par « ballon » ?

 

La fête patronale 

C’est un cahier entièrement  manuscrit, ainsi que des notes détaillées qui nous permettent de réaliser l’importance de l’événement.

Tous les jeunes de la paroisse sont sollicités pour leur aide, en particulier la quête et vente des billets.

Liste des jeunes gens de la commune

 

Le budget général,  recettes // dépenses

 

Le pain béni a son importance, on en note 58 en brioches d’un quart + 1 pour le curé et 1 pour la monteuse de civière . La civière dont le nom exact est « brancard de procession » sert à transporter la statue du Saint, sa représentation ou bien une relique, elle est abondamment décorée de fleurs de papier festonné (voyez bibliographie). Ce brancard suivant sa dimension est porté sur les épaules de 2 ou 4 hommes.

Dans notre cas, cependant, la statue du Saint étant dans l’arbre près de la fontaine, il nous semble que cette civière est destinée à présenter le pain béni (Définition Grand Larousse).

Prévision de commande pour le pain béni

 

facture du pain béni

On observe sur certaines factures de légères différences avec les notes manuscrites qui sont souvent des prévisions. C’est donc normal.

Les jeux

Ils se décomposent ainsi:

. 3 courses de 100m , 1500m et 3000m

Parcours et détail des prix pour les courses

. Course aux grenouilles (il s’agit de courir avec  une grenouille dans une brouette !)

. Jeu de ciseaux (pour les filles, un objet est accroché à une ficelle, elle-même à une branche: les yeux bandés les enfants doivent trouver la ficelle pour la couper.

Jeu de ciseaux, d’après une gravure illustrant un livre (voir bibliographie)

. Mât de Cocagne  (vertical, on monte chercher les lots qui sont accrochés au sommet  )

. Mât de beaupré  (horizontal au-dessus de la mare, savonné… il faut aller le plus loin possible sans tomber à l’eau )

. Pêche aux bouteilles : une canne à pêche avec anneau à la place d’hameçon, plusieurs bouteilles en ligne. Le premier qui encercle le goulot emporte la bouteille. Et on recommence. (Voyez jeu de pêche aux bouteilles, sur internet, ces jeux existent encore dans de nombreuses kermesses).

Prévision des prix et nom des responsables pour chaque secteur

La tombola

C’est un événement des plus importants: il faut une autorisation

Demande au maire du Pré d’Auge au sous-préfet de Lisieux

 

En 1930, l’impôt payé sur la tombola

Il va nécessiter une impression des carnets de billets, et des affiches ainsi que leur distribution.

Facture de l’imprimerie Morière

Remarquez que nous ne connaissons pas d’affiche : Seulement 24 ! dont 14 furent envoyées dans les communes,  reste 14 pour Lisieux et Le Pré d’Auge. Toutes collées certainement, donc perdues.

 

Une importante organisation de vente de billets, y compris dans les communes environnantes

comité et  liste des vendeurs

 

Il va aussi falloir de nombreux lots:

Brouillon d’une liste de lots

 

Factures d’une partie des lots de la tombola, achetés principalement aux Nouvelles Galeries.

L’animation de la fête 

Cette animation nécessite des besoins financiers et l’on n’hésitera pas à solliciter « en personne » le Ministre des Finances ! On est très bien vus ici, la réponse arrive en 4 jours chrono (Ça fait rêver, non?)

Brouillon de la lettre du Comte de la Riviére du Pré d’Auge

 

et original de la réponse du Ministre (Le don était contenu dans le pli).

 

Il faut le préciser toutefois, sous la présidence de Raymond Poincaré, ce Ministre des Finances n’est autre que « notre » lexovien bien connu Henry Cheron !

D’où la bonté et la rapidité de la réponse.

 

Entre deux, les organisateurs font le point:

Ce texte, manuscrit, comme les autres de la main du Comte, est intéressant : il met en valeur le sérieux et la minutie de cet organisateur. Lisez les détails.

Ce texte prouve également que les cartes postales pour le concours « par ballon » seront envoyées « timbrées ».

 

Cette fête est agrémentée de musique

Location d’un piano

 

et ne pas oublier la Sacem, de toutes façons elle, n’oubliera pas.

 

Ainsi que de chevaux de bois ?

Un marchand forain viendra, Mallet de Lisieux: attention il ne souhaite pas de concurrence.

 

Et le bal s’organise :

Penser à l’estrade pour l’orchestre !

 

Lanternes, bougies, et la ficelles pour les ballons !

 

Nous n’avons pas trace des conditions de  la « restauration » qui devait aussi être privée? Il a bien fallu que tout le monde se nourrisse. Ceci est une question qui reste posée.

Cependant nous supposons que Mr le Comte offrit un vin d’honneur : voici une facture de vin, rouge et blanc, accompagnée du congé de transport dûment timbré  et visé de l’octroi « LISIEUX-ABBAYE » se trouvant près de l’Abbaye à la Porte de Caen.

Il faut noter que des bouteilles sont aussi dans la facture: la note manuscrite « reste à faire » indique des bouteilles pour le jeu « pêche aux bouteilles » ?

Le feu d’artifice 

Le clou de la soirée aura probablement été le feu d’artifice. 2 entreprises ont été mises en concurrence…

Voici le devis d’une entreprise régionale de Pont L’Evêque, Ch.Roppers. Son papier à en-tête est fort élégant et présente éléphant et ballons en illustration. Son devis est détaillé, mais seulement manuscrit ? Est-il vraiment au niveau de son joli papier, pouvait- il trouver un éléphant ou un dirigeable? Nous ne le savons pas, le doute règne et nous verrons pourquoi il échoue…

 

L’autre devis est de la Maison Ruggieri: d’importance nationale, cette maison du Vaucluse (Monteux) dont le siège est à Paris dispose d’une succursale à Caen.

La facture est courte et concise : 1 feu d’artifice : 500 F … nous n’avons pas de devis ?

Mais le choix s’appuie sur un forfait détaillé dans un important catalogue qui offre de nombreuses possibilités, et des illustrations en couleur ! C’est imbattable, d’autant qu’il s’accompagne également d’un autre dépliant en couleur d’articles de fête.

Le combat est inégal, Ruggieri l’emporte.

Intérieur du catalogue avec les annotations manuscrites du choix à 500F…

Les images en couleur vous permettent de visionner une partie de ce spectacle: vu l’éphémère de la « chose artificielle », 88 ans après n’est pas si mal.

Et est joint le catalogue des accessoires utiles à ce genre de fête….

Le devis du concurrent disait « je n’ai pas de catalogue… pour être moins cher » ? Mauvais choix! Le catalogue l’emporte, à notre avis facilement.

Le concours de ballons

Revenons maintenant en arrière pour assister au « Concours de ballons ».

Ces concours fort prisés dans les fêtes locales, consistent à envoyer des ballons de baudruche* gonflés au gaz. Les participants au jeu attachent une carte postale au ballon: cette carte qu’ils ont payée déjà timbrée à 15c, avec leur ballon pour le prix de 3F de participation, doit être numérotée.  Toute personne trouvant la carte à son arrivée est priée de la retourner en indiquant le lieu d’atterrissage ou de découverte, son nom et adresse (ces personnes sont aussi remerciées d’un prix).

* baudruche: dans l’antiquité des ballons étaient faits avec des vessies de porc gonflées, plus tard en baudruche qui est une pellicule fine des intestins de bœuf ou mouton, ou parfois avec un carton fin recouvert de tissus. Enfin on attribue à Faraday l’invention, pour ses recherches du ballon gonflé au gaz, fabriqué en 2 morceaux de très fin caoutchouc.

De nos jours les ballons « de baudruche » sont en latex.

 

Le classement se fait selon la distance la plus longue parcourue, pour les premiers prix  (jusqu’à 8) . Les autres ballons revenus (hors délais?) ont leurs ballons remboursés à 3F.

Le Lexovien du 4 sept.1929

Le journal relate l’événement. Ça n’est qu’un rappel probablement, un délai étant nécessaire au retour d’un maximum de ballons pour un classement équitable.

 

Les cartes postales de ce concours sont fournies par les Grands Magasins COLSENET, maison bien connue des Lexoviens (Grande rue, actuellement Henry Cheron) et que les Marcophiles non spécialisés ont pu découvrir dans notre catalogue des marques postales pour son bureau de Poste dit « à gérance gratuite » (reportez- vous au catalogue: lien direct page du catalogue )

C’est ce modèle de carte postale qui sert pour les ballons. Pas de trace de facture, mais vu le nombre de lots achetés, et les ballons, il nous paraît  très  commercial d’offrir les cartes postales ? (C’est en tous cas ce que « nous » aurions fait! Ndlr)

 

Les 75 ballons de 1929 sont achetés aux Galeries Lexoviennes F.Colsenet au prix de 75c l’unité.

 

Ce qui est extraordinaire dans ce dossier est le soin pris au détail : le nom des donateurs, des tirages, ou des cartes postales revenues ont été notés:

Liste des joueurs gagnants : elle est provisoire et écrite dans l’ordre de retour des cartes, alors que le classement final (communiqué par la Presse) se fait en fonction de la distance parcourue.

 

Ces cartes sont désormais soigneusement à l’abri et conservée par notre ami F.M.

Voyons-en quelques-unes:

Le Vainqueur :

La carte est allée jusqu’à Wargemoulin dans la Marne soit environ 400 kms (424 routiers).

 

Le 2e prix :

Contrairement à la précédente carte renvoyée dès le lendemain, cette carte n’est retrouvée qu’un mois plus tard… mais presque aussi loin, dans la Marne.

 

Le 3e prix :

La carte est retrouvée sur le terrain du Maire: alors « tampon » de rigueur : tout est certifié.

 

Le 4e prix :

Nous avons vu que les 3 cartes précédentes sont revenues sous enveloppe. Voici en 4, la première qui rentre « à découvert ».

 

Arrivées dans l’Eure :

6 exemples qui ne sont pas allés plus loin que l’Eure, quoique le département ne soit pas petit.

Et celle-ci, récupérée dans un pommier à Fontaine-la-Soret !

 

Arrivée dans l’Oise :

 

Taxées pour irrégularité :

Sans le savoir les expéditeurs commettent l’erreur d’écrire en dépassant du cadre prévu à cet effet. Le tarif à 15c n’est plus bon! La Poste de La Boissiére sait que le Comte paiera, pas de faveur, c’est le tarif : 50c à payer.

 

Insolite :

Revoyez le texte de celle-ci « nos chiens ont hurlé toute la nuit… »

 

Pour conclure ce joli sujet local, sachez que cette fête a continué en 1930, avec encore des ballons…

L’organisateur et destinataire de retour ayant changé, nous ne pouvons présenter qu’une seule carte de 1930.

Brouillon organisation de 1930, le rédacteur utilise une note manuscrite de 1929.

 

Facture d’achat pour 100 ballons

 

La seule carte connue

Le côté vue est la même carte qu’en 1929

Le côté texte se voit ajouter un N°

Le nom du destinataire et organisateur a changé.

Les autres fêtes  (probablement jusqu’en 1939) n’ont pas laissé de trace postale de ballons connue de nous.

 

Bibliographie

(bibliothèque privée  S & M.C)

Litre funéraire : voir le bulletin numéro 71 (1er semestre 2011) de la Société historique de Lisieux qui offre une description détaillée de cette litre (Sylvie & Michel CATHERINE, Raymond RAVEAUX).

Jeux de jeunes filles: Jeux et exercices des jeunes filles par Madame de Chabreul (Hachette 1881).

Fleurs de papiers: Fleurs et guirlandes, méthode pour faire les fleurs de papier (Desclées, De Brouwer & C°. Belgique vers 1935) ouvrage offert par Bruno BONNET,  Prix décerné à son père en 1939.

 

Ndlr et remerciements :

Ce texte a été rédigé par Michel CATHERINE sous la surveillance encourageante de Sylvie, et les conseils de Francis MARTIN.

L’ensemble de cette archive est la propriété de Francis Martin  (historien du Pré d’Auge).

Francis est membre du Cercle Philatélique Lexovien et de la Société historique de Lisieux .

Bruno BONNET se charge toujours du site, de la mise en page et des nombreuses « peaux de bananes » que nous lui glissons sous les pieds, du simple fait que tout ce travail est exécuté avec un smartphone dont les photos sont parfois « énormes » ! Merci à lui pour sa compréhension.

Remerciements multiples à M.de RUSSE et Madame, leur gentillesse et générosité, pour ces documents et d’autres offerts, avec la magnifique litre aux armes de la famille de Madame, fille de M.le Comte de la Rivière du Pré d’Auge.

Ce travail est donc le fruit d’une collaboration totale et amicale de tous ces participants.

Merci à eux.

MC

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire