La Vache et Le Prisonnier (3), les cartes « Kriegsgefangenen-Sendung »

Les camps et camps annexes (détachements) ont chacun un modèle de carte-postale, et ce modèle change très souvent. Comme il y a environ 700 camps, et que chaque camp peut avoir utilisé plus de 10 modèles différents, nous nous limitons à présenter les cartes utilisées par René dans sa correspondance avec Rachel, ce qui représente déjà 16 modèles ou variétés différentes.

Nous profiterons de cette présentation pour décrire les différentes marques de censure et marques postales qui figurent sur ces cartes.

Le Camp de Ohrdruf (décembre 1914 à avril 1916):

La caserne du camp de Ohrdruf, les bâtiments occupés par les allemands

Ohrdruf est dans le comté de Gotha, en Thuringe, au centre de l’empire. C’est un champ de manœuvre de l’armée allemande. En 39/45, Ohrdruf sera un camp de concentration, annexe de Buchenwald. Un des premiers camps découvert par les Américains.

Le camp est une annexe du camp de Langensalza, à 50km au nord d’Ohrdruf. Il y avait une autre annexe à Erfurt à 40 km au nord-est.

Le camp de prisonniers est construit sur les terrains du champs de manœuvre, il est constitué de baraquement en bois qui ont été construites par les prisonniers eux-mêmes.

colonne de prisonniers sortant du camp de Ohrdruf (au fond, les baraquements)                     coll. S.etM.C.

 

Nous avons trouvé 10 modèles différents pour le camp de Ohrdruf pour cette période.

Les modèles 1 et 2 sont communs à plusieurs camps car ce sont des « Avis de Capture ». Lorsqu’un soldat est fait prisonnier lors d’un combat, il est généralement porté disparu jusqu’à ce qu’il puisse avertir sa famille qu’il est en captivité en Allemagne. Ces cartes spécifiques servaient à prévenir la famille et à donner l’adresse où on pouvait lui envoyer du courrier.

Ce sont des cartes fournies par l’armée allemande, communes à tous les camps au début du conflit, mais elles seront rapidement épuisées. Elles ne portent pas le nom du camp imprimé.

Modèle 1: vu en décembre 1914 et janvier 1915 (2 cartes)

29 décembre 1914 (recto-verso)

Feld-Postkarte        Kriegsgefangenen-sendung. (sur 2 lignes, sans cadre)

cachet du vaguemestre du camp, TAD poste civile Ohrdruf, et TAD distribution de Routot

Griffe neutre de censure

 

Envoyez directement à la famille

Partie adresse 2/3 et partie correspondance 1/3

Griffe: lettres brèves et lisiblement écrites (pour faciliter la censure)

 

15 janvier 1915 (verso)

griffe: 6. Gefang, Komp. / Ohrdruf  (6e prison, compagnie / Ohrdruf)

 

Modèle 2: vu en janvier et février 1915 (2 cartes)

22 janvier et 2 février 1915 (recto-verso)

recto identique au modèle 1

apparition du cachet rond de F.a., double cercle

 

nouveau dos: partie adresse 1/2 et partie correspondance 1/2

nouvelle griffe: 6. Compagnie / Gefangenenlager / Ohrdruf  (6e compagnie / camp de prisonniers / Ohrdruf)

(cette griffe est vue sur carte du 15 janvier)

 

Les prisonniers sont affectés suivant leur régiment d’origine, dans une compagnie, et un baraquement: 74e d’infanterie, 6e compagnie, Shtal 13.

On peut voir dans l’adresse que René n’utilise pas le terme Gefangenen-Lager (camp de prisonniers) mais le terme Truppenübungsplatz (champ de manœuvre).
En effet, Ohrdruf est un terrain de manœuvre avant 1914, et fin 1914-début 1915,  le camp est encore en cours d’aménagement pour devenir un vrai camp de prisonniers.

 

Modèle 3: vu de mars à juin 1915 (3 cartes)

25 février 1915 (recto-verso)

Feldpostkarte (sans tiret de séparation)           Kriegs- gefangenen- sendung (sur 3 lignes, avec cadre pointillé)

cadre réservé à l’adresse sur le recto

 

c’est le premier modèle spécialement imprimé pour Ohrdruf, il comporte au recto une partie pré-imprimée à compléter par le prisonnier où figure l’adresse du camp.

nouveau dos réservé à la correspondance: 8 lignes en pointillés
texte de recommandation bilingue

 

Dans la partie « mon adresse », on voit apparaître le N° du prisonnier à la place de son « Shtal ». René porte le n°158, et il est prisonnier depuis août 1914, il a très probablement fait partie des « constructeur » des baraquements.

Le verso est commun aux modèles 3, 4 et 5, de mars à septembre 1915.

 

22 avril 1915 (recto)

à partir du printemps 1915, le courrier ne passe plus par la poste civile de Ohrdruf
Nouvelle griffe de censure avec identification du camp

 

l’absence de F.a. sur la carte, et la nouvelle griffe de censure laisse à penser une erreur de fabrication dans la griffe… qui sera remplacée sur la carte suivante.

René précise à côté de la date: « Camp B », ce qui laisse présumé un camp A…

 

7 juin 1915 (recto)

griffe de compagnie en rouge
Nouvelle griffe de censure avec F.a.

 

Modèle 4: vu en juin et septembre 1915 (2 cartes)

14 juin et 26 septembre 1915 (recto)

Feldpostkarte (en gras)

On retrouvera ce recto sur le modèle 9, en mars 1916

 

Modèle 5: vu de juin à septembre 1915 (3 cartes)

18 juin 1915 (recto)

Feldpostkarte (en lettres plus petites et maigres)

TAD de la poste civile de Neukirchen (annexe de Ziegenhain)

 

René sort du camp pour la première fois, il est envoyé en « Kommando » de travail dans une ferme à 130km du camp de Ohrdruf. Il ne connaît pas encore la procédure pour envoyer son courrier, et met sa carte dans la boite de la poste civile de Neukirchen! (date du TAD identique à la date d’écriture de la carte)

Le postier de Neukirchen ajoute manuellement « für Postprüfungsstelle, Ohrdruf » (pour le bureau de poste de Ohrdruf), qui redonne la carte au camp pour censure et F.a.

 

1 juillet 1915 (recto)

le 1er juillet, la carte prend le bon circuit, sans passer par la poste civile

début août 1915 (recto)

première date vue du dateur d’entrée dans le service de censure

 

Modèle 6: vu en novembre 1915 (2 cartes)

7 et 21 novembre 1915 (recto verso)

Feldpostkarte (en lettres plus petites et grasses)

nouveau cachet pour la censure et le F.a., avec mention « Postprüfungsstelle » 

Le recto est identique pour les modèles 6 et 7.

 

nouveau dos avec 3 lignes de mentions au lieu de 5, et 9 lignes de correspondance en pointillés

(notez les fautes: touzours au lieu de toujours, et Jt au lieu de It)

 

Modèle 7: vu en décembre 1915 (1 carte)

5 décembre 1915 (verso)

nouveau dos avec juste « Ohrdruf le…….191… » (lieu en gras, et vides en pointillés) et 7 lignes de correspondance en pointillés

 

Modèle 8: vu en février et mars 1916 (2 cartes)

21 février et 12 mars 1916 (recto verso)

FELDPOSTKARTE (en lettres majuscules)     Kriegs- gefangenen- sendung (sur 3 lignes, avec cadre continu)

 

nouveau dos « Ohrdruf, le____191_ » (en maigre et italique, vides en traits) et 10 lignes de correspondance en traits

 

Modèle 9: vu en mars 1916 (1 carte)

26 mars 1916 (recto verso)

modèle du recto identique au modèle 4 de juin 1915, mais sur papier de moins bonne qualité

nouveau dos totalement vierge

Dos identiques sur modèles 9 et 10

 

Modèle 10: vu en avril 1916 (9 cartes *)

*: 1 carte expédiée de Ohrdruf en avril, 1 carte expédiée de Naussiβ (Langensalza) en avril, 7 cartes expédiées de Niederzwehren (Cassel) entre mai et octobre.

16 avril 1916 (recto)

Feldpostkarte (en lettres très petites et grasses)

 

28 avril 1916 (recto)

cachet du vaguemestre du camp de Langensalza, TAD poste civile de Langensalza, et TAD distribution de Routot

griffe de censure et F.a. du Postprüfungsstelle du camp de Langensalza

 

 

A compter de fin avril 1916, René est transféré Niederzwehren (Cassel). mais comme il ne sait pas les conditions de vie sur place, il emmène avec lui un paquet de cartes de Ohrdruf.

 

entrée du camp de Cassel-Niederzwehren

Début juillet, il repart en kommando dans une ferme à Nietze et utilise les mêmes cartes jusqu’en septembre.

30  avril et 19 mai 1916 (recto)
 2, 16 et 30 juillet, 13 août, 10 septembre 1916

censure du bureau de poste du camp de Cassel sans n°, date d’entrée en F.a, sortie de F.a. simple cercle,

TAD poste civile de Niederzwehren (annexe de Cassel) sans hachures

 

notez que René indique encore qu’il fait partie de la 6e compagnie de Ohrdruf, prisonnier n°158.

 

censure du bureau de poste du camp de Cassel,

censure et sortie de F.a.du bureau de poste du camp de Cassel (en bleu)
TAD poste civile de Niederzwehren (annexe de Cassel) avec hachures, TAD de distribution de Routot

 

Ici, René indique sa nouvelle affectation: 7e Compagnie, numéro de prisonnier 42/18

 

date d’entrée en F.a, censure et sortie de F.a.du bureau de poste du camp de Cassel,
TAD poste civile de Niederzwehren (annexe de Cassel) sans hachures, TAD de distribution de Routot

 

Le Camp de Cassel-Niederzwehren (mai 1916-juin 1918):

Le camp de Cassel est composé en réalité du camp de Niederzwehren et de 2 petits camps annexes situés dans la ville de Cassel: Bürgerschule et Philosophenweg. Cassel comportait également 2 pénitenciers : Wehlheiden (périphérie de Cassel) et Fulda (à 100km au sud).

On peut souvent lire que « les prisonniers de guerre étaient logés sous des tentes« . Ce fut le cas au début du camp, comme pour beaucoup de camps qui ont été construits par les prisonniers eux-mêmes! Selon Klaus Wiedemann,  dans ses mémoires « La Première Guerre mondiale du point de vue d’un Kasseler Oberschülers, 1914-1918 »:

« …En raison des nombreuses batailles en France, en Belgique et en Russie, nous avions fait un grand nombre de prisonniers. Ceux-ci étaient maintenant logés dans des camps de prisonniers. Aussi près de ma ville natale a été établi, à Niederzwehren, à deux heures de Kassel, un camp de prisonniers construit juste après le début de la guerre. De loin, vous pouviez déjà le voir, parce que c’est sur une colline … Le camp a été construit pour seulement 20 000 prisonniers. Plus tard, il a été agrandi pour 30 000. L’ensemble du camp de prisonniers est entouré d’une triple clôture, dont celle du milieu était électrifiée afin qu’aucun prisonnier ne puisse s’évader. Comme il y avait une pénurie de main-d’œuvre, la clôture a du être construite par les prisonniers.
Une fois ce travail fait, ils ont dû construire les baraques, qui étaient en partie en bois ou en toile… chaque jour de nouveaux prisonniers arrivaient, il fallut donc construire de nouvelles baraques, de sorte que le camp de prisonniers ressembla bientôt à une ville… »

Ce camp a connu deux épidémies de typhus en 1915, d’où le surnom de « camp de la mort », il y eu entre 1300 et 3000 décès (selon des Allemands ou selon les données « étrangères »). Il y avait 30 places de latrines… une simple poutre au-dessus d’une tranchée… pour 19 000 prisonniers!

Il y a de très nombreux Kommandos rattachés à  Niederzwehren:  2 500 dont 276 fermes, 148 fabriques, 14 mines de sels de potasse, charbon, manganèse, argile (Cf: www.lencrierdupoilu.free.fr).

Dans la correspondance de René, nous avons trouvé 3 modèles de « Feldpostkarte », avec des variantes de numéro d’impression, ce qui représente 6 modèles différents, mais nous avons recensé 10 modèles pour ce camp entre juin 1915 et novembre 1918.

 

Modèle 11: vu entre octobre 1916 et  septembre 1917 (18 cartes *)

*: variétés dans les n° d’impression de la marque d’éditeur

  • Modèle 11A: 10 cartes avec  n° de série 2815, de octobre 1916 à avril 1917
  • Modèle 11B: 8 cartes avec n° de série 8433, de avril 1917 à septembre 1917

n° de série, en bas à gauche des recto des cartes

10 décembre 1916

modèle 11A, n° de série 2815, décembre 1916-janvier 1917

Feldpostkarte , Kriegsgefangenensendung sur 2 lignes

Ce côté est exclusivement réservé à l’adresse en lettre bâton

censure et sortie de F.a.du bureau de poste du camp de Cassel (en violet)

 

Camp des prisonniers de guerre de Cassel (lettres avec sérif)

dos commun aux modèles 11A, 11B, 13A, 13B et 13C

Indication du N° de Détachement

(ces cartes existent aussi pour prisonniers restant au camp, donc sans la mention N° Détachement)

 

11 mars 1917

modèle 11A, n° de série 2815, mars 1917
censure et sortie de F.a.du bureau de poste du camp de Cassel (en noir)

 

Modèle 12: vu entre septembre et novembre 1917 (5 cartes)

cartes sans marque d’éditeur et sans n° d’impression

9 septembre 1917

Feldpostkarte , Kriegsgefangenensendung et

Ce côté est exclusivement reservé à l’adresse. en caractères différents

 

14 octobre 1917

Camp des prisonniers de guerre de Cassel (caractères différents et Cassel sans sérif)

 

René indique son numéro de détachement (kommando): 2436, ce qui permet de le localiser… il est toujours à Nietze.

 

Modèle 13: vu entre décembre 1917 et juin 1918 (5 cartes *)

*: variétés dans les n° d’impression de la marque d’éditeur

  • Modèle 13A: 1 carte avec n° de série 4417, de novembre 1917
  • Modèle 13B: 2 cartes avec n° de série 3875, de décembre 1917 à février 1918
  • Modèle 13C: 2 cartes avec n° de série 4198, de avril 1918 à juin 1918

 

24 février 1918

modèle 13B, n° de série 3875, mars 1918
Kriegsgefangenen – Sendung (sans Feldpost)
Ce côté est exclusivement réservé à l’adresse en lettre bâton

censure et sortie de F.a.du bureau de poste du camp de Cassel (en lilas)

TAD poste civile de Cassel, TAD de distribution de Routot

 

dos commun aux modèles 11A, 11B, 13A, 13B et 13C

 

René indique qu’il est au détachement 664. Il y est depuis novembre 1917 (kommando non localisée), et il y restera jusqu’à sa libération fin juin 1918.

 

12 mai 1918

date d’entrée en F.a,

censure du bureau de poste du camp de Cassel avec N°, sortie de F.a. simple cercle (en lilas) ,
Oblitération mécanique poste civile de Cassel

à Suivre…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire